Marion FIACK : "Je pense au record de France"

Publié le 29 Mai 2014

Marion FIACK : "Je pense au record de France"

La sauteuse à la perche de l’ESTY Marion Fiack a confirmé, samedi à Pézenas, sa qualification pour les championnats d’Europe de Zurich. La sauteuse à la perche de l’Esty a confirmé, samedi, à Pézenas, sa qualification (4,55 m) pour les championnats d’Europe de Zurich. Elle pourrait être présente à Nancy, le 27 juin.

 

Elle avait connu un bel hiver. Avec un record personnel à 4,61 m et le titre symbolique de vice-championne de France toutes catégories après avoir enlevé le Perche Elite Tour. Marion Fiack, la Hamoise de l’ESTY, venait de changer de dimension, se partageant avec Marion Lotout, sa partenaire d’entraînement à Clermont-Ferrand, le leadership de la perche féminine française. Samedi, pour sa troisième sortie estivale, Marion Fiack a refait les minima ( 4,55 m ) pour les Europe de Zurich. Mais elle regarde plus loin. Et voit haut.

 

Marion, racontez-nous le concours de Pézenas… « On s’est tiré la bourre avec Marion ( Lotout ), et l’émulation nous a permis de sauter haut. J’ai commencé à 4,10 m, une barre franchie au premier essai, idem à 4,30 m. Puis, j’enchaîne 4,50 m au deuxième et 4,55 m au premier. Comme j’ai gagné le concours, Marion s’étant arrêtée à 4,50 m, j’ai demandé 4,65 m parce que c’était mon record ».

 

Vous voilà qualifiée pour vos premiers championnats d’Europe seniors… « Je l’étais déjà avec les 4,61 m de l’hiver. C’est bien de refaire les minima au début de la saison en plein air. Ça dope la confiance. Et puis, dehors, il y a les paramètres météo à maîtriser ».

 

Vous aviez sauté aussi aux Interclubs pour votre club… « Bien sûr, ça me tenait à cœur. J’ai aussi couru un 100 m ( 12"73 ) en me faisant mal à l’ischio et lancé le poids ( 11,05 m ). Au premier tour, j’ai franchi 4,20 m avec un élan réduit et sans mes perches. Au deuxième tour, j’avais mon matériel et je suis allée plus haut ( 4,45 m ). »

 

« J’aimerais sauter en Lorraine »

• On dit que votre programme devrait vous amener à passer par le meeting Stanislas de Nancy, le 27 juin. Qu’en est-il ? « J’aimerais évidemment sauter en Lorraine, mais rien n’est encore bouclé. Il y a discussion entre l’agent de notre groupe clermontois et le directeur nancéien. On verra. Auparavant, je vais sauter à Monaco dans un grand meeting pour prendre de l’expérience. Après, les championnats de France de juillet, à Reims, vont venir vite. Et c’est un premier objectif ».

 

Aujourd’hui, vous ne vous mettez plus de barrière ? « Non, j’ai vu Renaud ( Lavillenie ) battre le record du monde ( 6,16 m ) à Donetsk. J’étais au pied du sautoir. Ça décomplexe. Je vise clairement 4,71 m et donc le record de France ( 4,70 m, en 2007 ) de Vanessa Boslak. J’aimerais aussi prendre le titre de championne de France. Je pense qu’à Zurich, on peut jouer une médaille à cette hauteur ».

A. Z.

 

Rédigé par REPUBLICAIN LORRAIN

Publié dans #Actu compets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Salut, acceptez vous les questions pour un rapport de stage ? J'aime beaucoup ce que vous faites. Au plaisir
Répondre